micmac

Crédit photo: Roger Saint-Laurent

micmac

Les Micmacs

Arrivés il y a plus de dix mille ans en Gaspésie, le peuple micmac est un peuple nomade qui pêche dans la baie de Gaspé. Pour en savoir plus, visitez le Site d’interprétation de la culture Micmac de Gaspé:

www.gespeg.ca

 breton

Première présence européenne

Les pêcheurs bretons et basques viennent déjà pêcher la morue en saison sur les bancs de Terre-Neuve et la côte gaspésienne au début du 16e siècle. Ils ont ainsi développe des relations avec les Micmacs de Gespeg.

 jacquescartier

Venue de Jacques Cartier

A la suite de ces pêcheurs européens, Jacques Cartier arrive dans le golfe du Saint-Laurent en 1534. Le 24 juillet, il fait ériger une croix de 30 pieds sur le site de ce qui allait devenir Gaspé. Ce geste marque la prise de possession du pays au nom du roi François 1er. Pour en savoir plus, visitez le Musée de la Gaspésie:

www.museedelagaspesie.com

 maison_hyman Les Jersiais

Au 18e siècle, le commerce de la morue en Gaspésie appartient principalement à des Jerseyais. Le système économique qu’ils instaurent consiste à apporter aux habitants le nécessaire pour la pêche, (agrès, lignes, voiles), de la nourriture (pois, porc, farine), et même des spiritueux en échange de morue, de saumon ou de fourrure.

 guerre La Seconde guerre mondiale

Le Canada entre officiellement en guerre contre l’Allemagne le 10 septembre 1939. Les répercussions du conflit armé se font sentir jusqu’en Gaspésie. Hitler envoie ses sous-marins, les fameux U-Boats, dans le golfe Saint-Laurent. On peut encore voir des vestiges des installations militaires à Fort Péninsule, dans le Parc national Forillon.

 saveurs-gaspesiennes-parc-national-forillon-gaspesie Création du Parc national Forillon

En 1969, le gouvernement du Canada et le gouvernement du Québec s’entendent pour créer un parc national en Gaspésie, le parc Forillon, qu’on décrit alors comme le futur fer de lance du développement économique de la région. Dès 1970, le gouvernement entreprend une vaste opération d’expropriation. Un total de 1800 propriétaires sont touchés et 1200 bâtiments démolis ou brûlés.